Vous êtes ici : Reportages - 2017 - Ursel Avia 

Ursel Avia 2017.

Luc Barry - Août 2017


  Chaque année, le Vliegclub Ursel organise, à la fin du mois de juin, une intéressante manifestation aérienne sur l'aérodrome militaire de réserve situé à 12 km au sud-ouest d'Eeklo. Ce qui était au départ une journée porte ouverte est devenu au cours des ans, non pas un meeting aérien, mais un rassemblement d'engins volants de toutes époques agrémenté de démonstrations aériennes.
 Malgré la météo maussade du samedi, douze mille visiteurs se sont déplacés pour profiter de la présence d'une septantaine d'avions modernes et anciens; civils et militaires ainsi que diverses animations présentes sur le site au cours du week-end.
 Organisé conjointement avec les journées portes ouvertes de l'ATCC - Air Traffic Control Center militaire de Semmerzake, les organisateurs pouvaient compter sur l'importante présence de la Composante Air belge tandis que la Royal Air Force avait envoyé une délégation de quelques avions d’entraînement, en souvenir de la libération par les troupes anglaises de la base d'Ursel et l'usage de celle-ci par quatre escadrilles de chasseurs-bombardiers Hawker Typhoon en 1944.
 En marge du fly-in était mise en place une exposition centrée chaque année sur un thème particulier de l'aviation : cette fois, l'accent était mis sur l'Art de Voler. Des photos, des tableaux, des travaux d'écoliers côtoyaient une impressionnante collection de casques de pilotes et à l'extérieur du hangar d'exposition trônaient fièrement quelques figures légendaires de l'univers Star Wars au pied de la réplique du mini-chasseur fictif T65 X-wing Starfighter construite par les élèves d'un institut technique de Deinze.

     

 Comme indiqué précédemment, la présence de la Royal Air Force consistait par la présentation au statique de la dernière version du jet d’entraînement Bae Hawk T2 équipé de glass cockpit et d'un moteur plus puissant; deux turbopropulseur biplaces d’entraînement élémentaire Short Tuccano T1 accompagnés du bimoteur de transport léger Beechcraft Kingair 200 dans sa version d’entraînement au pilotage avancé. Décoré pour le centième anniversaire de son escadrille 45(R) basée à Cranwell, il est orné de la silhouette d'un Sopwith 1 1/2 Strutter premier avion utilisé par l'escadrille. Un Scottish Aviation Bulldog120-121 T1, avion d'entraînement autrefois utilisé au sein de la RAF, désormais propriété d'un membre du club organisateur, complétait à merveille la présence militaire anglaise.

     

Un groupe de musiciens en tenue de circonstance et jouant de la cornemuse contribuait à entretenir une ambiance typiquement britannique.
 La Composante Air de l'armée belge était présente en force avec ses hélicoptères Seaking et NH90, dans sa version terrestre; l'Alphajet venu spécialement de sa base située à Cazaux en France et l'avion de transport Embraer ERJ145 en configuration medevac (évacuation sanitaire).

     

 La patrouille acrobatique Red Devils fêtait ses 60 ans d'existence au cours du week-end. A cette occasion, un des sponsors d''Ursel Avia 2017 avait décoré, aux couleurs de la formation acrobatique militaire belge, une voiture Fiat 500 Abarth dont c'était aussi le soixantième anniversaire de la mise sur le marché.


     

 Le Fouga Magister du musée Stampe et Vertongen d'Anvers et deux modèles radiocommandés complétaient cette large représentation de la fameuse patrouille.

 

  Le Consolidated PBY5A Canso «Miss Pick Up», plus grand hydravion encore en état de vol, ainsi que l'unique apparition de l'un des trois derniers Avro 100 aux couleurs de Brussels Airlines ( dont on célébrait cette année le quinzième anniversaire ) car le dernier exemplaire sera retiré de la flotte en octobre, figuraient parmi les avions les plus appréciés du public. Suite à la visibilité réduite régnant sur l'aérodrome en matinée, l'atterrissage du quadriréacteur de la compagnie aérienne belge était d'ailleurs retardé de plusieurs heures entraînant de nombreuses discussions dans le public concernant sa présence car nombreux étaient ceux qui attendaient avec impatience l'occasion de visiter l'avion.

     

 Deux biplans Antonov AN2 tout aussi imposants figuraient parmi les autres avions de transport; l'un aux couleurs de l'ancienne Deutsche Lufthansa opérant jadis en Allemagne de l'est mais rapidement obligée de changer sa dénomination en Interflug suite au procès intenté par son homonyme d’Allemagne de l’ouest et actuelle compagnie nationale allemande; l'autre, «Eagle Eye», appartenant à la fondation Pairi Daiza est utilisé lors de missions de transport dans le monde entier pour la protection d’animaux en voie de disparition.

 Outre les incontournables SV4 et Piper Cubs dont un exemplaire du Piper J5a Cruiser, version moins courante du célèbre avion léger à ailes hautes, à la cabine aménagée pour le pilote à l'avant et deux sièges arrières côte- à-côte au lieu de deux sièges en tandem pour la version Cub, plusieurs autres avions légers «vintage» étaient offerts à la vue des amateurs. Deux DHC-1 Chipmunk, deux Stinson Reliant, l'un aux magnifiques couleurs civiles; l'autre aux couleurs de la Royal Navy.
   
     

 Sur le tarmac de plus en plus animé au cours de la journée se côtoyaient un Yak 52; un Fieseler Storch Fi 156 avion de reconnaissance allemand de la deuxième guerre mondiale au train d'atterrissage haut sur patte et à la signification allemande de cigogne; les deux Pilatus P3 avion d’entraînement suisse ayant équipé à partir de 1956 les troupes d'aviation suisses et la marine nationale brésilienne dont la plupart se retrouvent sur le marché civil depuis 1993; le NA Harvard AT6 du Royal Netherlands Historical Flight, avion d'instruction au pilotage le plus construit au monde à plus de 20 000 exemplaires; le NA T28 Trojan utilisé par la marine américaine pour l’entraînement dès 1949 sans oublier le magnifique TF-51D Mustang «Scat VII».

           

 L’hélicoptère Bell 206B II effectuait sans relâche de nombreux baptêmes de l'air tandis que les deux hélicoptères Aérospatiale SA341G Gazelle étaient venus en voisin de l’héliport tout proche de Zomergem. Quant au gyroplane Magni M24 Orion, il attisait la curiosité de nombreux spectateurs.

     

 Un camp militaire reconstitué de la RAF composé d'une tour de contrôle, d'une voiture de liaison et de figurants replongeaient le visiteur au cœur de la deuxième guerre mondiale.


 Le public toujours friand de voltiges spectaculaires était comblé.

           

 Les différentes prestations de la patrouille locale des Victors évoluant en Piper Cherokee et la magnifique présentation des Red Devils accompagnés du Fouga Magister rouge constituaient le clou du spectacle.

       

 Les quatre Pitts de la formation The Typhoons, créée à l'occasion d'Ursel Avia 2017, en hommage aux quatre escadrilles de chasseurs bombardiers Typhoons de la RAF basés à Ursel à la fin de la guerre 40-45 et la manœuvre Missing Man déclenchée par le Stinson Reliant aux couleurs de la Navy en formation avec la patrouille des Victors constituaient un moment d’émotion et de souvenir parmi les pilotes et spectateurs. Ce week-end se terminait avec le départ de plusieurs avions participants et ceux-ci en profitaient pour effectuer quelques passages à basse altitude en guise de salut au public.

       



 Chaleureux remerciements à Jo Van de Woestyne président du Vliegclub Ursel et à Kurt Plyson responsable du Werkgroep B-67 pour leur accueil et les facilités offertes au cours de ce week-end.